Parler de sa famille (+ les adjectifs possessifs)

Parler de sa famille (+ les adjectifs possessifs)


Salut à tous,

Un peu de vocabulaire aujourd’hui avec :

la famille !

Voici donc ci-dessous un petit schéma, détaillé ensuite dans un diaporama, pour revoir le lexique des relations familiales. J’espère qu’il sera assez clair et lisible.

La famille


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Légende :
 > Les parents
 > Les grands-parents
  > Les enfants (petits-enfants)
 > Le couple
  > Le frère
 > La sœur

 


Profitons-en, pendant que nous y sommes, pour revoir précisément comment indiquer la possession que nous avons entre-aperçue ci-dessus dans le vocabulaire de la famille (mon père, ma mère). Ce sont :

les adjectifs possessifs !

J’imagine que si vous êtes là, c’est que vous les avez déjà appris, mais un petit rafraîchissement ne fait jamais de mal, n’est-ce pas ?

Masculin Féminin  Pluriel
A moi mon pèrema mère

mon amie

mes parents
A toi ton pèreta mère

ton amie

tes parents
A lui / à elleson pèresa mère

son amie

ses parents
A nous

notre père / notre mère

nos parents
A vousvotre père / votre mèrevos parents
A eux / à ellesleur père / leur mèreleurs parents

Evidemment, je ne peux pas vous laisser partir sans vérifier si vous avez bien tout compris à la fois à la famille et aux adjectifs possessifs avec une petite activité que voici :

En bonus, et pour conclure sur une note d’humour, un sketch culte sur le thème de la famille, avec la transcription en dessous (je ne suis pas sadique tout de même !). Mais je vous défie de me faire l’arbre généalogique complet dans les commentaires !

La Famille recomposée
Chevalier et Laspalès

– Dis donc, est-ce que t’étais au mariage de Roger, toi ?

– Quel Roger ?

– Ben, le beau-frère de Marcel.

– Quel beau-frère ?

– Ben, celui qui a épousé sa sœur.

– Tu connais un gars qui a épousé sa sœur ? On a le droit ?

– Mais non. Mais pas sa sœur à lui… la sœur de son beau-frère.

– On a le droit d’épouser la sœur de son beau-frère ?

– Ben… c’est même recommandé si ta fiancée a un frère et que tu veux qu’elle soit ta femme.

– Ah, tu parles du Roger qui s’est marié avec la sœur de Marcel, j’avais pas compris, non… parce qu’en fait c’est sa demi-sœur.

– Ah…C’est une demi-sœur seulement… Ah oui, j’avais pas remarqué… Faut dire que je ne l’ai vue qu’à table et je pensais qu’elle était assise.

– Et c’était bien le mariage de Roger ?

– Ah ben, j’en sais rien, moi. J’étais au mariage d’Albert.

– Albert, heu, Albert qu’on connaît ?

– Eh ben oui, celui qui a divorcé de sa première femme.

– Ah bon, il s’est remarié. Avec qui ?

– Ben, avec celle qui est devenue sa deuxième femme et qui, en fait, est la sœur de la première.

– Donc il épousait sa première belle-sœur en deuxième noce, alors.

– Voilà.

– Donc sa première femme devient sa belle-sœur.

– Voilà. Ouais, ouais.

– Et sa belle sœur, elle était bien mariée à Raymond ?

– Eh bien, oui, le frère d’Albert, puisque les deux frères avaient épousé les deux sœurs. Mais Raymond et elle, ils avaient divorcé, donc elle était libre.

– Donc elle épousait son beau-frère.

– Voilà.

– Et c’était sympa, la cérémonie ?

– Oh oui, et puis il y avait deux mariages pour le prix d’un.

– Comment ça ?

– Ben, figure-toi, qu’en même temps qu’Albert épousait la première femme de son frère Raymond, donc son ex belle-sœur, le Raymond, lui, il épousait, le même jour, la première femme d’Albert, puisqu’elle était libre aussi.

– Donc les deux frères réépousaient les deux sœurs mais pas les mêmes.

– Voilà.

– Pour les enfants, ça doit pas être facile, hein ?

– Ben… y’a les fils d’Albert qui deviennent les beaux-fils de leur tante puisqu’elle devient leur belle-mère.

– Et leur deux cousines germaines deviennent aussi les belles-filles de leur tante ? Oui, en fait, c’est pas très compliqué, hein ?

– Euh… oui, enfin, sauf qu’au mariage, y’avait quand même deux petits bouts de chou de deux ans.

– Ah, c’était qui ?

– Ben, y’a un petit gars qui est le fils d’Albert avec celle qui est devenue sa deuxième femme et une petite fille…

– …qui est la fille de Raymond avec la première femme d’Albert.

– Tu vois. Ça se complique !

– Oui, je comprends.

– Ouais…

– Parce qu’en fait les deux petits derniers, qui sont cousins, sont à la fois le demi-frère et la demi-sœur des enfants de leur oncle et de leur tante.

– Ben oui, puisque la mère de la petite fille, c’est la tante de ses deux demi-sœurs puisque c’est la deuxième femme de son père qui a épousé sa belle-sœur.

– Et le père du petit gars, c’est le deuxième mari de la sœur de sa cousine qui est en même temps la demi-sœur de ses cousines germaines à lui qui sont les filles de sa femme et donc ses demi-sœurs. Dis donc, y’a une dame qui a pas l’air d’avoir tout compris là.

– Vous êtes perdue, Madame ? …Un petit peu, hein ? Oui, oui, oui. Oh, vous êtes pas la seule. C’est pas grave, hein. Nous, on va reprendre. Ça ne nous dérange pas.

– On est là pour ça, hein ?

– Oui, oui.

– Ça dérange personne si on recommence tout depuis le début.

– Mais non… On plaisante…


Voilà pour aujourd’hui. J’espère que vous avez aimé cet article et qu’il vous a permis de revoir ce lexique si important, de même que les possessifs qui sont trop souvent mal maîtrisés.

Mais plus maintenant ! En tout cas pas par vous !

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires sur quel sujet lexical, grammatical, culturel vous souhaitez avoir le prochain article.

A très bientôt,

Prof Chopin

Partager l'article
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  • 1
  •  

One thought on “Parler de sa famille (+ les adjectifs possessifs)

  1. Génial ton article!! Sérieux, varié et ludique, bravo.
    Alors je ne ferai pas mon arbre généalogique… désolé, mais vraiment merci beaucoup 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *